Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les 4 accord tolteques

30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 16:00

 

 

 

 

 

PARIS 1914

 

 

 

 

Voir le magnifique diaporama de Paris à l'époque

 

 

Paris de notre enfance...

 

 

 

Lien : www.paris1914.com

 

 

 

Aucune comparaison avec Paris d'Aujourd'hui...

 

 

En ce temps là, les gens avaient le sens des vraies valeurs, celles de l'honneur et de la dignité...

 

 

 

 

 

 

 

 

Chiron

30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 14:00

 

 

 

 

 

L`histoire de la France par les monuments en photo
 
25.01.2013, 10:02, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

эйфелева башня франция париж рекорд народ площадь

 
Photo : EPA

Une exposition de photos, relatant l'histoire de France à travers les monuments architecturaux, s'est ouverte à Narian-Mar, centre administratif du district autonome des Nenets, au nord du cercle polaire et à 1 500 km de Moscou. Cette exposition couronne l'Année de la langue et de la littérature française, qui s'est déroulée en Russie en 2012.

L'exposition « 100 monuments - 100 écrivains. Histoire de la France » comprend 28 panneaux, représentant les symboles architecturaux mondialement célèbres de la France, dont la Tour Eiffel, l'Arc de Triomphe, Notre-Dame de Paris et beaucoup d'autres encore. Chaque image est accompagnée d'un texte, dont les auteurs, des hommes de lettres français célèbres, exposent leur vision de tel ou tel monument, citent leurs mémoires ou des extraits de leurs œuvres. L'exposition constitue une « synthèse unique des genres photographique, littéraire et architectural, à travers laquelle se dessine l'histoire de la France du Xème au XXème siècle », déclarent les organisateurs.

L'exposition a été préparée à l'Institut français de Saint-Pétersbourg et financée par la société pétrolière Total. Avant d'arriver à Narian-Mar l'exposition avait fait des escales à Saint-Pétersbourg, à Novgorod, Iaroslavl, Mourmansk et d'autres villes russes. /L

 

 

Lire sur La Voix de la Russie

 

 

 

 

:):):)

 

 

 

 

Chiron

30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 12:50

 

 

 

 

 

Bonjour !

 

 

 

Réflexions sur la « Russie de Poutine » et la « France sans De Gaulle »
29.01.2013, 15:31, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

Шарль де Голль франция французский генерал президент Франции

 
Photo : en.wikipedia.org/Steiner, Egon/cc-by-sa 3.0

Début 2002, un clip avait fait relativement parlé de lui durant la campagne présidentielle russe. Un trio de jeunes filles intitulé Поющие Вместе (littéralement Chantant ensemble) avait en effet interprété un titre intitulé : Je veux un homme comme Poutine (Takogo, kak Putin).

La chanson se voulait une ode au président russe et aux vertus que celui-ci représentait en tant que président mais aussi et surtout en tant qu’homme. Certes Vladimir Poutine n’avait pas à l’époque affirmé son image autant qu’aujourd’hui 10 ans plus tard mais celui-ci avait déjà exprimé son image d’homme fort et de dirigeant à poigne.

Il y a 10 ans la Russie sortait de 11 ans de désintégration post-soviétique, de 11 ans d’anarchie politico-sociale et de règne des mafias, d’une crise financière et d’une banqueroute de l’Etat (en 1998) mais aussi d’une crise morale et sanitaire sans précédent. La Russie s’était retrouvée au bord de l’implosion et beaucoup, tant Russes qu’étrangers, avaient pensé que le pays n’y survivrait pas. Le très célèbre Atlantic magazine avait même dramatiquement annoncé en mai 2001 la disparition de la Russie dans les prochaines années. Pourtant, au cœur du pays, des forces travaillaient à ce que la Russie ne disparaisse pas, un souhait que la majorité des citoyens russes partageaient bien évidemment.

10 ans plus tard la Russie affiche un tableau de bord plus que correct et que peu avaient prévu. La situation démographique y est rétablie et la tragique croix russe (faible natalité et forte mortalité) inversée pour la première fois depuis 1991. L’assainissement des finances publiques et de l’économie russe est confirmé après 10 ans de forte croissance économique et de gouvernance stable et sans alternance, permettant la réalisation de reformes sur la durée. Le pays est aujourd’hui l’un des moins endetté de la planète et l’un de ceux qui a le plus de réserves financières, le taux de chômage y est très bas et le revenu par habitant augmente, tout comme le moral des citoyens.

La Russie est devenue une grosse PME bien gérée

Il y a 10 ans, le clip (Takogo, kak Putin) avait suscité beaucoup de moqueries des médias français qui commençaient tout juste leur campagne de diffamation de la gouvernance russe (elle dure depuis) en dénonçant l’apparition d’un culte de la personnalité, ombre de la dictature. A l’époque l’Euro venait d’être mis en circulation, la France et les Français vivaient l’ascenseur européen et on leur avait juré que tout irait bien, que l’Europe allait garantir leur avenir, la paix (lire à ce sujet cet excellent article de mon collègue Laurent Brayard) et aussi la sécurité.

10 ans plus tard il est pourtant inévitable de constater que la situation en France s’est aggravée à un tel point que les dissimulations statistiques de l’Etat ne servent plus à rien. L’Etat est ruiné et sa dette a été évaluée à la fin du troisième trimestre 2012 à 1 818,1 milliards d'euros, soit 90 % du PIB, contre 663,5 milliards d'euros fin 1995, (55,5 % du PIB). Près de 30 % des actifs (9 millions de personnes) ne travaillent pas à temps plein et les soldats sont désormais désarmés lorsque le président visite des casernes, preuve que la situation sociale s’électrise fortement.

La France est devenue une moyenne PME très mal gérée.

Comment être surpris d’apprendre récemment que les français sont 64 % à être mécontent de la situation ? Je profite au passage de montrer la perfidie de certains médias qui dans le même temps titrent ces jours-ci sur la chute de popularité du président Poutine. Celui-ci serait à son niveau le plus bas depuis 2000 : seulement 62 % des sondés seraient satisfait du travail du président, les lecteurs français apprécieront le « seulement » j’en suis certain.

Comment être surpris également que la société française montre des signes de « crispations alarmantes » ? Le Monde peut faire semblant de s’effrayer mais regardons en détails ces sondages et tentons d’en comprendre le sens profond:

- 89 % des sondés pensent que la France décline.

- 87 % des sondés pensent que la France a besoin d’un vrai chef d’Etat.

- 86 % des sondés pensent que l’autorité est une valeur trop critiquée aujourd’hui.

- 72 % des sondés trouvent que le système démocratique fonctionne mal en France.

- 60 % des sondés voient la mondialisation comme une menace et souhaitent que le pays se protège.

 

Résumons : les Français veulent un vrai chef d’Etat, qui restaure un peu d’ordre et d’autorité, et qui protège la France contre les dangers de la globalisation. Bref il faut être clair : un nouveau général De Gaulle ! On pourrait du reste même comparer le souhait des français de 2012 avec celui des russes en 2002.

Mais si les premiers ont volontairement chassé De Gaulle, les seconds sont pour l’instant visiblement assez sages pour garder Poutine, l’avenir proche dira s’ils ont eu raison ou pas…

 

 

Lire sur La Voix de la Russie

 

 

Autre lien video de réinformation de La Vois de la Russie : www.prorussia.tv:

 

 

 

:):):)

 

 

 

 

Chiron

29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 21:45

 

 

 

 

Escale à Londres pour le réalisme russe
29.01.2013, 16:04, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog
 
Photo : MacDougall's

La semaine passée, une exposition sur « la peinture classique russe du XXe siècle » s’est ouverte dans la maison de ventes MacDougall’s à Londres. Cette exposition a regroupé des travaux d’Arkadi Plastov et des lauréats du prix international d’arts plastiques Plastov.

Depuis 2007, les peintres russes d’art contemporain peuvent être nominés et gagner le Prix Kandinsky. Jusqu’à récemment, ce prix était le plus enviable dans le domaine des arts plastiques. Toute exposition des nominés et, bien sûr, la cérémonie de remise du prix elle-même, sont des évènements retentissants non seulement de la vie artistique, mais aussi de la vie mondaine de la capitale russe. Des projets épatants et provocateurs, un énorme grand prix, pour la Russie, de 40 000 euros, tout cela suscite l’intérêt du public, des journalistes, des critiques et des marchands d’art.

Désormais, les peintres d’art traditionnel ont aussi la possibilité de se faire connaître à travers le monde entier : une présentation éclatante du prix russe de réalisme Plastov a eu lieu à Londres.

  Le portrait d'une fille, 1965

Arkadi Plastov était un des peintres russes de la période soviétique les plus connus. Ses travaux « le fasciste volant », « le diner des tractoristes » et « la fenaison » sont considérés comme des œuvres réalistes classiques du XXe siècle. Ce n’est donc pas étonnant que le prix, qui, selon le ministre de la Culture russe Vladimir Medinski, devrait être « le prix Nobel d’art », ait été nommé en son honneur.

Ce prix existe depuis quelques années déjà : il a été créé il y a deux ans, mais il n’était pas très en vue. Au départ, le montant total des prix n’était pas important : 25 000 euros pour dix catégories. Ces modestes sommes et l’absence de provocation et de défi dans les œuvres n’ont pas suscité beaucoup d’intérêt chez les journalistes et les critiques d’art. De toute façon, on ne peut pas vraiment dire qu’aujourd’hui les œuvres réalistes suscitent beaucoup d’intérêt.

Cependant, la situation est en train d’évoluer rapidement. En 2013, les nominés vont se battre pour des prix beaucoup plus alléchants : le montant total des prix s’élève à 625 000 euros. Ainsi, le prix Plastov est devenu un des plus importants dans le monde.

Les peintres peuvent tenter de remporter une des seize catégories, qui sont, par exemple, « Meilleure contribution dans le domaine des arts plastiques », « Maître », « Art jeune » et « Tradition vivante ». Les critiques d’art ont aussi la possibilité de se faire connaître grâce à un prix récompensant l’étude et la diffusion du réalisme russe.

Les organisateurs ont aussi travaillé l’image internationale de cet évènement. Le lendemain de la présentation, une exposition des œuvres d’Arkadi Plastov et des lauréats du prix 2012 s’est ouverte dans la salle d’exposition de la maison de ventes MacDougall’s.

 

 

Lire sur La Voix de la Russie

 

 

:):):)

 

 

 

Chiron

29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 20:17

 

 

 

 

 

Bonsoir !

 

 

Le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls,

a annoncé mardi l'expulsion "dans les prochains jours"

de plusieurs prédicateurs et imams radicaux étrangers.

   

 

"Plusieurs prédicateurs radicaux étrangers vont être expulsés dans les prochains jours", a annoncé M. Valls lors d'une conférence internationale à Bruxelles sur la lutte contre les extrémismes violents.

 

Cette mesure s'inscrit dans le cadre de la prévention du processus de radicalisation et de la lutte contre l'islamisme radical et le "jihadisme global", a-t-il dit.

M. Valls a insisté sur la nécessité d'éviter les amalgames.

 

"Je ne confonds pas cet islamisme radical avec l'islam de France mais il y a un environnement religieux, il y a des groupes qui se réclament du salafisme, qui sont dans un processus politique, qui visent tout simplement à s'accaparer à la fois le monde associatif, les processus scolaires, au fond à mettre la main sur les consciences d'un certain nombre de familles", a-t-il expliqué.

 

"Nous expulserons tous ces imams, tous ces prédicateurs étrangers qui s'en prennent à la femme, tiennent des propos contraires à nos valeurs, font référence à la nécessité de combattre la France", a-t-il averti.

 

"De ce point de vue là, il faut être extrêmement ferme et je le serai", a-t-il conclu.

Le ministère de l'Intérieur n'a pas souhaité en dire plus pour l'instant.

La procédure d'expulsion vise trois personnes, dont un imam de Seine-Saint-Denis notamment mis en cause pour des propos homophobes, a toutefois indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

 

"Ce n'est pas quelqu'un de dangereux, il n'a jamais pris de position sur les questions internationales comme la Palestine ou le Mali", a commenté le secrétaire général de l'Union des associations musulmans du 93, M'hammed Henniche.

"Cet imam est très charismatique et populaire auprès des jeunes", a-t-il ajouté, en manifestant sa "grande surprise".

 

Un arrêté d'expulsion peut être pris quand un étranger représente une menace grave pour l'ordre public. S'il y a urgence ou si l'étranger est protégé (ambassadeur...), l'arrêté émane de l'Intérieur, sinon il est signé par le préfet de son lieu de résidence.

L'étranger doit être informé par un "bulletin spécial", qui le convoque devant une commission d'expulsion. Celle-ci doit rendre un avis consultatif motivé. La personne peut alors être reconduite hors de France.

 

Depuis 2002, au moins 125 arrêtés d'expulsion ont été pris contre des islamistes radicaux, selon une source proche du dossier.

 

L'imam tunisien Mohamed Hammami, expulsé le 31 octobre, est le dernier en date. Imam de la Mosquée Omar dans le XIème arrondissement de Paris, il était accusé d'avoir appelé au "jihad violent", à la violence contre les femmes et à l'antisémitisme.

Dans ce dossier, Manuel Valls avait appliqué la décision d'expulsion prise par son prédécesseur Claude Guéant.

 

Début avril, ce dernier avait également ordonné l'expulsion de trois imams (malien, saoudien et turc) et de deux militants islamistes (algérien et tunisien), dans la foulée des tueries de Toulouse et Montauban et à 20 jours de la présidentielle.

 

Parmi eux, Ali Belhadad, Algérien de 44 ans, en France depuis 20 ans et en situation régulière, avait été présenté comme condamné pour son rôle dans les attentats de Marrakech en 1994. Ce qui s'était révélé faux.

 

 

Merci a Corinne pour nous avoir transmis l'info.

 

Source : news.fr.msn. 

 

FRANCE REVOLUTION

Présentation2.jpg

 

 

 

Lire sur France révolution

 

 

 

 

...

 

 

 

 

Chiron

 
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 17:45

 

 

 

 

La France et la Russie… dans votre assiette !
Laurent Brayard, Rédaction en ligne
29.01.2013, 17:55, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

новый год застолье новый год праздник ресторан сервировка еда стол новый год стол

 
© SXC.hu

Nous avons l’immense honneur d’ouvrir les premières pages de la chronique gastronomique et vinicole de La Voix de la Russie qui vous proposera dans un avenir proche des articles embrassant non seulement la gastronomie française, mais aussi par un heureux mariage la gastronomie russe ainsi que celles voisines, et également méconnues en France, de l’Ukraine, de la Biélorussie, de la Moldavie, des anciennes républiques de l’espace soviétique et pourquoi pas d’un peu plus loin ? Nous aurons le plaisir de vous faire partager des instants savoureux… tant gastronomiques que vineux !

Un pays pourtant qui ignore la richesse de ses terroirs tellement ceux-ci sont nombreux et qui associe encore trop souvent, le vin avec le luxe, ou encore le snobisme. Beaucoup ignorent que pour se faire plaisir, en matière de vins mais aussi de gastronomie, le prix ne fait pas la qualité, et loin de là. Il faut réapprendre, il faut résister aux « invasions » culinaires, parfois si dégradantes, notamment celles venues du monde anglo-saxon, c’est aussi une manière d’être soi-même, d’être en accord avec nos origines, et de cultiver le jardin de nos aïeux.

Au fil des articles, nous espérons que nous vous ferons saliver, que nous vous donnerons envie, que nous vous ouvrirons quelques portes, celles d’endroits particuliers, de caves, de cuisines, de restaurants et qu’au fil des échanges nous vous permettrons une autre vision de la gastronomie française et russe, nous allions vous dire, des gastronomies françaises et russes, tellement la diversité est grande dans l’une comme dans l’autre. Traversées d’influences les cuisines des deux cultures restent à découvrir et à redécouvrir, sans fin, car là comme dans l’univers du vin, les richesses sont si grandes que nous ne pourrons jamais ni tout goûter, ni tout déguster, et c’est également tant mieux car celui qui sait tout, ne sait en fait rien ! Il faut apprendre surtout, se faire plaisir.

Cela est oublié dans un monde fou qui fonce à toute vitesse, l’art de manger, l’art du vin, au contraire nous apprend à être pondérés, patients, à l’écoute, humbles, attentionnés. Car c’est après des efforts que la gastronomie, nous apprend dans son sillage… le partage. L’histoire de la gastronomie n’est en effet pas autre chose, ainsi que celle du vin, qu’une longue histoire de passion, une folle histoire d’amour, celle du goût, de l’œil, du toucher, celle des sensations, des odeurs, ces odeurs de l’enfance, de la cuisine de nos mères, de nos grand-mères. Je me souviens de ces dernières avec émotion, je revois mon grand-père les manches retroussées, qui savait cuisiner comme personne, notamment un pâté de carpe et tellement d’autres douceurs, et je ne parle pas de ma grand-mère, de ma mère ! Savoir cuisiner c’est aimer les gens, c’est leur donner de l’amour. Savoir cuisiner c’est aimer recevoir, c’est aimer les autres, c’est aimer la Paix.

La Gastronomie et le vin nous font aussi voyager dans le temps, dans le passé, mais nous invite toujours à se retrouver dans le futur, autour d’une table, d’une fête, des prochaines vendanges aussi. C’est l’histoire des hommes que l’histoire de la gastronomie, la première chose que fit Noé après le déluge fut de planter, dit la tradition, de la vigne, symbole de vie, symbole de prospérité et de richesse. Le commerce des denrées agricoles dans les temps lointains de l’Antiquité nous montre par la loupe de l’archéologie combien cette histoire des hommes fut aussi culinaire, au travers de ces amphores qui reposent dans les épaves des navires, ou encore des découvertes de ces cuves sans âge dans la lointaine Géorgie, l’endroit de la planète où a été découvert les plus vieilles traces viticoles du Monde, bien loin de la Grèce et de la Rome antique.

Aussi, nous vous souhaitons à La Voix de la Russie, une belle visite sur notre site, et de partager avec nous un moment de cuisine, un verre d’un nectar de France ou d’ailleurs, de la Russie, de toutes les Russies !

 

Lire sur : La Voix de la Russie

 

 

 

:):):)

 

 

 

 

Chiron

29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 13:21

 

 

 

 

Le Conseil des Oulémas Indonésien
déclare "droit humain" l'excision

 

 

Voir sur France révolution

 

 

 

Mais aussi d'autres liens sur youtube "femmes juives contre la circoncision"

 

  Sur google image voir attention âmes sensibles...

 

 

Actes contre nature et ignobles en 2013...

 

Ceci est de la barbarie

 

 

 

 

...

 

 

 

Chiron

29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 12:53

 

 

 

 

 

Le ministre russe des Affaires étrangère Sergueï Lavrov
13:46 29/01/2013
MOSCOU, 29 janvier - RIA Novosti

 

 

Lire sur RIA Novosti

 

 

 

 

 

 

 

Chiron

29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 12:49

 

 

 

 

 

Le ministre russe des Affaires Sergueï Lavrov et son homologue macédonien Nikola Poposki
15:11 29/01/2013
MOSCOU, 29 janvier - RIA Novosti

 

Lire sur RIA Novosti

 

 

A voir aussi le journal de réinformation en video de La Voix de la Russie : www.prorussia.tv/

 

 

 

 

 

Chiron

29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 12:44

 

 

 

 

 

Bonjour !

 

 

 

La contribution de la Russie à la paix dans le monde est indispensable
Mots clés: Russie, Monde, Société, interview
Mikhail Gamandiy-Egorov, Rédaction en ligne
29.01.2013, 15:02, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

M. Toussaint Alain saluant M. Viatcheslav Tetekine, député de la Douma, membre de la Commission de la défense et des affaires internationales du Parlement russe, à l’issue de leur entretien.

M. Toussaint Alain saluant M. Viatcheslav Tetekine, député de la Douma, membre de la Commission de la défense et des affaires internationales du Parlement russe, à l’issue de leur entretien.

Photo : La Voix de la Russie

Second entretien avec Monsieur Toussaint Alain, ancien conseiller, ex-porte- parole et représentant dans l’Union européenne (UE) du président Laurent Gbagbo (président de la République de Côte d’Ivoire de 2000 à 2011). Notre invité préside aujourd’hui laCôte d’Ivoire Coalition Inc., groupe de pression représenté dans plusieurs pays. Depuis la semaine dernière, il est en visite de travail à Moscou.

Mikhail Gamandiy-Egorov, La Voix de la Russie :

Monsieur Alain, bonjour de nouveau ! Nous avons eu un entretien fin octobre 2012 sur la situation en Côte d’Ivoire aujourd’hui, sur la détention à la CPI du président Laurent Gbagbo, sur les injustices quasi-quotidiennes perpétrées en Côte d’Ivoire actuellement, l’intervention occidentale dans les affaires intérieures de la Côte d’Ivoire, ainsi que sur le rôle de la communauté internationale, et notamment de la Russie afin de trouver une solution à cette crise. Aujourd’hui, vous êtes à Moscou. Vous avez été notamment reçu au Parlement de la Fédération de Russie, la Douma, l’une des institutions clés de notre pays. Quelles sont les raisons de votre visite en Russie ?

Toussaint Alain : Bonjour, merci de me recevoir. Je suis venu saluer et remercier les autorités de la Fédération de Russie, et en particulier les élus du peuple, pour l’intérêt qu’elles portent à l’Afrique. A l’instar de nos pays africains, la Russie et son gouvernement sont souvent inutilement vilipendés et diabolisés par les médias et les gouvernements occidentaux, adeptes de la pensée unique. Ils préfèrent balayer devant la maison du voisin plutôt que devant la leur. Je viens m’imprégner de la vie politique de la Russie, connaître ses institutions, leur fonctionnement, rencontrer ses intellectuels et discuter des opportunités que ce pays peut offrir à l’Afrique et aux Africains. La Russie est une grande puissance qu’il vaut mieux connaître et comprendre avant de la juger. Je suis fier d’être chez vous à Moscou.

 

La Voix de la Russie : Donc si je comprends bien, les contacts ont été pris au plus haut niveau ?

Toussaint Alain : Oui, bien sûr. Vous savez que la diplomatie ne se fait pas sur la place publique. La discrétion est le premier gage de succès dans toute entreprise humaine. Je suis confiant en l’avenir car les perspectives sont nombreuses. Je suis donc heureux que des responsables politiques de la Fédération de Russie au plus haut niveau, notamment la Douma, me reçoivent en audience pour leur exposer les problèmes essentiels de la Côte d’Ivoire et leur proposer notre vision de leur règlement pour sortir le pays de cette zone de turbulences.

 

La Voix de la Russie : Quelles ont été les questions abordées ? Globalement êtes-vous satisfait de votre visite à la Douma et pensez-vous avoir été entendu ?

Toussaint Alain : Je ne vous cacherai pas que nous avons discuté de la Côte d‘Ivoire. J’ai fait part de la situation actuelle. Je voulais que mes interlocuteurs sachent notre opinion sur ce qui se passe en Côte d’Ivoire et sur les moyens d'aider à instaurer une paix durable et la stabilité dans ce pays. Car, comme vous le savez bien, le processus de réconciliation est en panne. Mes interlocuteurs ont été très attentifs. La situation en Côte d’Ivoire est préoccupante à plus d’un titre. J’ai notamment plaidé en faveur des prisonniers politiques injustement embastillés par le régime d’Alassane Ouattara. J’ai expliqué que la déportation illégale du président Laurent Gbagbo par la Cour pénale internationale (CPI) ne reposait sur rien. J’ai surtout rappelé que son transfert à La Haye avait été commandité par Paris pour la seule et unique raison que Gbagbo constituait une menace pour les intérêts français dans son ex-colonie. J’ai souligné que la réconciliation nationale est essentielle pour créer un environnement social apaisé. La libération de Simone Gbagbo, Affi N’Guessan, Blé Goudé et tous nos autres amis peut véritablement consolider le dialogue politique et la coexistence entre les partis, rassurer les populations et relancer les investissements directs étrangers ou nationaux. M. Ouattara doit lever la chape de plomb qui s'est abattue sur l’opposition en mettant un terme à la traque des pro-Gbagbo. Nous voulons la paix, donc nous travaillons activement à créer les conditions d’une alternance politique, démocratique et pacifique en Côte d’Ivoire. C’est cela notre seul et unique agenda. Sur toutes ces questions, je crois avoir été entendu et bien compris.

 

La Voix de la Russie : Pensez-vous que la Russie devrait s’investir plus intensivement qu’elle ne le fait actuellement dans la question ivoirienne, et plus globalement dans les questions africaines ? Dans l’affirmative, à quel niveau et dans quels domaines ?

Toussaint Alain : J’observe que la Russie est très respectueuse de la souveraineté des Etats. Elle l’a prouvé à plusieurs reprises à travers ses prises de position au Conseil de sécurité des Nations unies dans le contexte des crises en Libye, Côte d’Ivoire, Syrie ou plus récemment au Mali. Je crois en la diplomatie préventive, celle qui permet de faciliter le dialogue entre les protagonistes avant l’éclatement ou l’intensification d’un conflit. On dit souvent qu’il est facile de faire la guerre mais difficile d’y mettre un terme. J’opterais pour la formule bien connue : ni indifférence ni ingérence. Au contraire de certaines puissances qui se sont autoproclamées gendarmes, pompiers et Mère Theresa à la fois, mais qui sont en réalité les pyromanes qui menacent par leurs ambitions indécentes et leurs mensonges la sécurité de notre planète. En Côte d’Ivoire, comme ailleurs, la diplomatie russe peut s’associer aux efforts de réconciliation. La Russie est une grande puissance : sa contribution à la construction de la paix dans le monde me semble indispensable.

 

La Voix de la Russie : La Russie peut-elle devenir selon vous une véritable alternative en Afrique, par rapport aux forces en présence actuellement ?

Toussaint Alain : Je ne parlerai pas en terme d’alternative. Je dirais plutôt que nos pays africains peuvent avoir autant de partenaires qu’ils désirent à condition que ces derniers respectent notre souveraineté, notre indépendance et aient de la considération pour nos dirigeants et nos peuples. C’est l’axiome de base pour une relation de confiance. Or, depuis plus de cinquante ans, l’Afrique est sous la domination des puissances impérialistes qui affirment que leur « avenir se trouve en Afrique ». Savent-ils seulement où se trouve celui de l’Afrique ? Parce que les faits nous montrent que ces partenaires-pilleurs n’appréhendent leur propre futur qu’avec une Afrique placée sous leur tutelle, avec des pantins installés dans le sang à la tête de nos Etats. Nous refusons la recolonisation quels que soient sa forme, son mode opératoire ou ses moyens. Nous voulons être libres ! Le développement socio-économique et la sécurité de l’Afrique sont d’abord du ressort des Africains. Oui, la Russie peut et doit devenir un nouveau partenaire pour notre continent. Nous avons foi que cela se fera dans un meilleur esprit. Les champs d’un partenariat équitable sont nombreux : politique, diplomatique, industriel, économique et universitaire. Sans oublier les domaines stratégiques tels que l’armement et la défense de façon générale. La relance de cette vieille amitié est impérative. Depuis le milieu des années 1960, le fossé s’est sérieusement creusé. L’ex-URSS était elle-même confrontée à des tensions avec les Etats-Unis et des convulsions internes. Le cours de l’Histoire a été accéléré, en novembre 1989, par la chute du Mur de Berlin qui a conduit au démantèlement de l’empire soviétique. Quant aux pays africains, ils ont connu, dès 1963, de nombreux coups d’Etat et subi, au début des années 1980, les programmes d’ajustements structurels antisociaux du Fonds monétaire international (FMI) sous la houlette des mêmes déstabilisateurs et prédateurs économiques. Aujourd’hui, le contexte géopolitique et géostratégique est en pleine mutation. Il faut rattraper le temps perdu. La Russie a sa place en Afrique puisqu’elle a aidé, comme Cuba et la Chine, nombre de pays du continent à se défaire des griffes des colonisateurs qui promeuvent aujourd’hui la « démocratie des bombes » sur le continent. Ce serait un juste retour des choses de réactiver et amplifier ce dialogue avec les Africains. La Russie et l’Afrique ont tout intérêt à bâtir un nouveau partenariat stratégique équitable et profitable tant aux Russes qu’aux Africains.

 

La Voix de la Russie : Justement à l’occasion de votre visite à Moscou, vous avez été coopté pour co-présider le conseil exécutif de la Fondation Russe pour l’Afrique. Quelles sont les missions de cette institution ? Plus concrètement, comment allez-vous agir ?

Toussaint Alain : L’influence de la Russie en Afrique est significative mais elle pourrait le devenir davantage. Dans l’autre sens, l’Afrique doit être mieux connue et comprise des Russes. Je reste convaincu que, grâce à l’implication des uns et des autres, nous parviendrons à porter la nouvelle relation russo-africaine à un palier plus élevé. Je me réjouis déjà de pouvoir participer à la renaissance de ces liens d’amitié anciens entre la Russie et notre continent. S’agissant des actions de la Fondation, je pourrai vous en dire davantage dans quelques semaines lorsque j’aurai bien apprivoisé les axes de ma mission. Sachez déjà qu’elle devrait me conduire à collaborer avec les élites russo-africaines du monde de la diplomatie, de la politique, des affaires, de la finance, de la recherche et de la culture. Je vous tiendrai au courant.

 

La Voix de la Russie : Monsieur Toussaint Alain, merci beaucoup pour cet entretien.

Toussaint Alain : C’est moi qui vous remercie infiniment pour l’opportunité que vous m’offrez de m’adresser à l’opinion russe et internationale.

 

 

Lire sur La Voix de la Russie

 

 

 

 


:):):)

 

 

 

 

Chiron