Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les 4 accord tolteques

18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 15:04

 

 

 

 

 

Répétition du défilé de la Victoire dans les environs de Moscou

Le mauvais temps n'a pas empêché la tenue de la première répétition du défilé de la Victoire qui se déroulera le 9 mai à Moscou. Une vidéo réalisée par RIA Novosti.

 

 

Lire sur RIA Novosti

 

 

 

Et le journal de réinformation chaque lundi sur www.prorussia.tv/

 

 

 

 

 

 

 

Chiron

18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 14:55

 

 

 

 

 

La police française sous les projecteurs. Deuxième partie
Mots clés: Monde, Société, police, France
Laurent Brayard, Rédaction en ligne
17.03.2013, 11:50, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

La police française sous les projecteurs. Deuxième partie

 
Photo : Joël Brayard

Nous partons à nouveau à la rencontre du commandant en retraite Joël Brayard, qui libéré du droit de réserve a bien voulu exprimer son opinion de spécialiste sur la Police nationale, son évolution et sa situation présente, un témoignage rare, les médias français s’intéressant bien peu à ce corps de la Nation autrement que dans les affaires sulfureuses. http://french.ruvr.ru/2013_03_17/La-police-francaise-sous-les-projecteurs-Deuxieme-partie/

La Voix de la Russie : Les politiques ont-ils fait ce qu'il fallait pour garantir l'entretien d'une des poutres maîtresses de la société ?

Joël Brayard : Non, car à mon avis la protection fonctionnelle des policiers et gendarmes n’est pas suffisante, elle doit être renforcée. Crée par Le ministre de l'Intérieur M. Manuel Valls « La mission de réflexion sur la protection fonctionnelle des policiers et gendarmes » a rendu public son rapport qui écarte les créations d'un nouveau cas de légitime défense et d'un nouveau cadre légal d'usage des armes, préférant s'en tenir au statu quo.

La Voix de la Russie : Et les policiers, sont-ils travaillés et influencés par les débats politiques ?

Joël Brayard : Comme tous les Français les policiers ont des idées politiques, mais elles n’influencent pas leurs actions, ils sont au service de l’Etat. Pour ce qui me concerne homme de droite depuis toujours, j’ai servi avec la même loyauté F. Mitterrand.

La Voix de la Russie : Pensez-vous que les métiers de la Police soient encore attirants pour les jeunes ?

Joël Brayard : Le principal attrait du métier, il faut bien le reconnaître avec la crise, c’est la sécurité de l’emploi. Et bien sur les fonctions valorisantes aux yeux des jeunes gens : motocycliste, moniteur de tir, maître-chien etc. Ils doivent savoir qu’il faut d’abord être gardien de la paix avant d’acquérir une spécialité.

La Voix de la Russie : Qu'est-ce que vous auriez à dire enfin à un jeune policier ou à un jeune qui voudrait le devenir ?

Joël Brayard : Qu’il a raison de faire ce choix, mais il doit savoir que c’est un travail pénible et très éprouvant moralement. Le quotidien du gardien de la paix est toujours une situation exceptionnelle et particulière. Les rapports avec les citoyens sont souvent tendus : même dans le cas d’une banale infraction routière, le conducteur a parfois des difficultés à reconnaître ses torts ou, en tout cas, considère le policier au mieux comme un gêneur à qui il faut manifester son mécontentement et au pire comme un ennemi (surtout dans les cités, la police étant alors assimilée à un gang concurrent avec la notion de territoire). Cette tension prend des proportions bien plus graves lors de délits ou de crimes. Enfin, la crise économique augmente aussi l’intensité des rapports. Une population souffrant économiquement croit voir dans le policier un bouc-émissaire bien pratique dans ce climat de crise. Si de retour à la maison le fonctionnaire n’a pas un dérivatif pour évacuer le stress et les tensions accumulées au cours du service ; il présentera alors un niveau élevé de risques psychosociaux. Selon une enquête de l’INSERM, le taux de suicide dans la police est supérieur de 36 % à la moyenne nationale. La Police Nationale a connu à plusieurs reprises des pics suicidaires élevés. Plus particulièrement en 1996, où 70 décès ont été recensés. En 2008, à nouveau, on a compté 50 suicides dans l’année pour un effectif d’environ 145 000 policiers relevant du ministère de l’Intérieur. L’année 2011 a connu 43 suicides.

Pour ce qui me concerne, j’ai eu à déplorer le suicide de deux gardiens de la paix. Dans ces deux affaires, le passage à l’acte est intervenu à la suite de la mise en cause du fonctionnaire pour des vols dans une grande surface. Le premier s’est suicidé à son domicile avec son arme de service. Il faut noter que l’administration avait fait preuve à son égard d’une indulgence coupable, sa traduction devant le conseil de discipline lors des premiers vols, s’étant traduite par un simple blâme (alors que pour moi il aurait dû être révoqué, à la première affaire). Il a continué ses malversations et pour échapper à une possible révocation mis fin à ses jours. Le deuxième, convoqué pour une audition administrative s’est tiré une balle dans la tête, également avec son arme de service devant l’un de mes adjoints. La balle a ensuite traversé la cloison en brique séparant mon bureau de celui de mon collaborateur au ras du plafond. Il était persuadé que le tir allait être dirigé contre lui. Croyez-moi vous restez marqué à vie par de tels drames.

La Voix de la Russie : En 30 ans de carrière j'imagine que vous avez vu des choses invraisemblables et horribles. Quel est votre meilleur souvenir de policier et le plus mauvais ?

Joël Brayard : En effet, ce ne sont pas les anecdotes qui manquent : incendie du commissariat de Clermont-Ferrand, mutineries dans les maisons d’arrêt de Riom, puis de Dijon, évasion ratée (digne d’Edmond Dantès) à Sainte-Pélagie puis réussie à cause de la négligence des gardiens de la paix chargés de sa surveillance, incidents graves lors d’un match de rugby entre Dijon et Toulon, chienne de Johnny Hallyday gazée par un vigile chargé de la sécurité, simulacre de suicide se traduisant par la mort de son auteur (tir en direction du plafond avec ricochet de la balle qui traverse le crâne du tireur) ou découverte d’un suicidé pendu à la poignée de sa porte, neutralisation par un tir à l’épaule d’un forcené retranché chez lui, délocalisation d’affaires célèbres : l’affaire du petit Grégory par exemple, ou encore le procès en cour d’assise du « gang de la brise de mer » de Marseille avec sept accusés qui s’est terminée par un acquittement général, les témoins étant tous devenus amnésiques. Le 7 août 2012 ce gang faisait encore parler de lui avec l’assassinat en Haute-Corse d’un de ses membres…

Mon meilleur souvenir se situe au niveau de mes 10 ans de commandement à Nevers, alors responsable de 90 fonctionnaires, j’étais le seul officier en tenue du département, ce qui me mettait obligatoirement en relation directe avec les plus hautes autorités locales. Notamment Pierre Bérégovoy, concernant cet homme que j’ai beaucoup apprécié, la thèse de son suicide croule sous les incohérences. N’épousant pas la version officielle je suis certainement classé dans la catégorie des mythomanes ! Mais cette situation, certes valorisante n’était pas sans inconvénients. Toujours de permanence, mis à contribution pour toutes les manifestations et cérémonies officielles, j’ai dû une fois écourter mes vacances sur ordre du préfet pour assurer le service d’une visite officielle du président Mitterrand en 1981… En 2010, j’ai eu la surprise de me découvrir en photo à côté de lui, sur la page de garde du livre de Michel Benoit, Les grands événements du Nivernais, 1900-2000.

Toujours soucieux de la bonne image de notre corporation, j’ai demandé et obtenu la révocation de deux de mes subordonnés. Le premier pour dettes avec utilisation de ses fonctions pour mieux gruger ses créanciers. Le deuxième après de nombreuses alcoolémies en service (la dernière de 4,57 gr d’alcool dans le sang et perte de son arme individuelle). Incroyable mais vrai, les deux ont obtenu du tribunal administratif l’annulation de cette décision et leur réintégration dans la Police Nationale. Lors de mon arrivée à l’hôtel de Police de Dijon, j’ai découvert que le deuxième était de nouveau placé sous mes ordres. Lors de notre entretien individuel, j’ai eu le plaisir et l’honneur d’être remercié par l’intéressé qui m’a indiqué, que cette révocation avait été un électrochoc salutaire, et qu’avec l’aide d’une association il avait réussi à vaincre sa dépendance à l’alcool.

Mes plus mauvais souvenirs sont dans le cadre de mes attributions de la circulation routière, j’avais la triste obligation de faire l’avis aux familles en cas d’accident mortel. Cette mission était déjà difficile à assurer pour des inconnus, mais que dire quand vous devez vous rendre chez la femme d’un de vos brigadiers, pour lui annoncer que son mari père de ses deux enfants, vient d’être tué en service lors des constatations d’un accident grave de la circulation sur la RN5.

Pour terminer ce chapitre sur une note plus gaie, en poste à Dijon, j’ai eu la charge d’organiser avec d’autres fonctionnaires un sommet Franco-allemand à Beaune le 1er et le 2 juin 1993. A l’issue de la première journée de travail, les deux décident d’aller boire un dernier verre dans un bistrot de la ville. Cet épisode n’étant pas prévu au programme, il a fallu comme toujours faire face et organiser cette escapade et leur sécurité. Pour limiter les déplacements, nous avons réquisitionné un bar tout proche, viré tous les clients, remplacé ceux-ci par de faux clients (en réalité que des fonctionnaires ou gardes du corps). Pendant ce temps avec mes hommes je surveillais les extérieurs. Si ma mémoire est bonne M. Kohl a bu une bière, et M. Mitterrand a mangé une glace. Courte nuit pour moi, car le lendemain le sommet continuait avec la visite officielle du Premier ministre Edouard Balladur.

La Voix de la Russie : Et la guerre des polices ?

Joël Brayard : Il y a eu la guerre des polices et il y aura toujours cette guerre, car il s’agit plus d’une question de personnes que d’une organisation des services. Ainsi à Nevers, lorsque le DDPU (directeur départemental des polices urbaines) et le Colonel commandant le groupement de gendarmerie s’entendaient bien, tout marchait bien même aux échelons inférieurs de la hiérarchie. Lorsque le courant ne passait pas entre ces deux responsables, les relations police-gendarmerie étaient dégradées. Des améliorations ont été effectuées par exemple la rotation du commandement du GSPR (protection rapprochée du président de la république). En 2003-2006, lors d'un grand mouvement initié par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, 121 communes étaient passées en zone gendarmerie, et 219 en zone police.

La Voix de la Russie : Les médias se plaisent bien sûr à s'emparer des affaires internes à la Police, les fameux « ripoux », nous en avons eu un triste exemple il n'y a pas longtemps, est-ce que ces cas sont répandus ?

Joël Brayard : Heureusement non, il y a dans la police comme dans toutes les corporations des brebis galeuses, elles sont peu nombreuses. Il faut noter que parfois l’incident devient une bavure ; uniquement parce que ce mot est répété dans tous les médias, alors que le travail des policiers n'est pas remis en cause. Cela imprime chez nos concitoyens l'idée que les bavures sont fréquentes alors qu'elles sont très rares. Ce fait contribue fortement à cette image négative de la police. Avec les médias la surenchère est de mise, il faut susciter l'émotion du lecteur pour faire de l'audience. Tout ce qui concerne la police attire le lecteur. Pour ce qui concerne l’affaire de la BAC de Marseille, le recrutement de gardien ou d’officier issus de la diversité est à l’origine de cette bavure, en effet issu des quartiers où ils devaient faire appliquer la loi, la tentation était trop forte de couvrir les agissements des anciens copains moyennant finance.

La Voix de la Russie : Grand merci à vous Joël Brayard pour ce témoignage étonnant et précieux, à bientôt dans nos lignes !

 

 

Lire sur La Voix de la Russie

 

Et voir le journal de réinformation sur www.prorussia.tv/

 

 

 

 

 

Chiron

18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 13:43

 

 

 

 

 

La Russie va renforcer sa présence dans les mers du monde
18.03.2013, 15:59, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

Черноморский флот России ЧФ День Военно-морского флота корабль праздник День ВМФ Севастополь Украина море

 
Photo : RIA Novosti

La Russie va renforcer sa présence dans les mers du monde. Un groupement de cinq ou six navires va être créé pour assurer la présence russe dans la Méditerranée, a déclaré l'amiral commandant de la Marine russe Viktor Tchirkov, qui n'a pas exclu que de groupements similaires pourraient être envoyés dans l’océan Indien et le Pacifique.

Des frégates et des croiseurs composeront l’essentiel de l’escadre russe dans la Méditerranée. Ces navires y seront présents en permanence. Il s’agira essentiellement des navires de la flotte du Nord mais de ceux de la flotte de la mer Noire. C’est d’ailleurs à cette dernière que l’escadre sera rattachée.

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a assuré la semaine dernière que la Russie disposait de tous les moyens nécessaires pour créer et ravitailler une escadre dans cette partie du globe.

En janvier la Marine russe a effectué des manœuvres dans la Méditerrané, les plus grandes depuis ces dix dernières années. Les navires des flottes de la mer Baltique, du Nord et de la mer Noire ont participé à ces exercices. C’est à l’issue de ceux-ci qu’il a été décidé de la Russie devrait assurer sa présence dans cette région-là. Quatre bâtiments de débarquement y ont donc été envoyés, explique l’expert militaire russe Viktor Baranets.

« Il est absolument évident que la mer Méditerranéenne est en train de devenir un centre utilisé par l’OTAN, les Etats-Unis et d’autres Etats pour exercer une influence sur les pays de la région. Evidemment, la Russie, les hommes politiques et amiraux russes ne doivent pas le laisser sans attention. On voit très bien ce qui se passe autour de la Syrie. C’est pourquoi on ne peut pas se désintéresser à cette question extrêmement importante ».

L’amiral commandant de la Marine russe Viktor Tchirkov n’exclut pas que de groupements similaires pourraient être envoyés dans d’autres régions de la planète. S’il le faut, le commandement de la Marine proposera au gouvernement et président russes de créer des escadres pour le Pacifique et l’océan Indien, a ajouté l’amiral.

Ces parties du globe sont en train de devenir des centres d’attraction mondiale. Ce n’est pas le hasard que les Etats-Unis et la Chine y renforcent leur présence. Pour sa part, la Russie a l’intention de réagir de façon appropriée à ce renforcement.

 

 

Lire sur La Voix de la Russie

 

 

 

Et le journal de réinformation chaque lundi sur www.prorussia.tv/

 

 

Ceci est rassurant pour l'équilibre du monde la présence de nos chers amis Russes :)
 

 

 

Chiron

18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 13:00

 

 

 

 

 

Grosse mobilisation de la Manif pour tous à une semaine du défilé sur les Champs-Elysées

17/03/2013 – 19h15
 - Entre opération “Just Married” ce samedi et déploiement de banderoles aujourd’hui sur des ponts partout en France, les militants de la Manif pour Tous n’ont pas chômé pour réitérer leur opposition aux projets néfastes de Jean-Marc Ayrault et Christiane Taubira, dans la lignée de François Hollande. 
 
Une façon également d’amplifier la mobilisation à une semaine du grand rassemblement du 24 mars dont le point d’orgue sera le défilé sur les Champs-Elysées.
FRANCE REVOLUTION
Présentation2

 

 

Lire sur France Révolution

 

 

 

Et voir le journal de réinformation sur www.prorussia.tv/

 

 

 

  Tous ensemble pour le meilleur face au pire!!!

 

 

 

 

 

 

 

Chiron

 
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 12:36

 

 

 

 

 

Bienvenue pour cette nouvelle édition du journal télévisé de La Voix de la Russie. Ce rendez-vous hebdomadaire en français vous présente les actualités russes, françaises et internationales sous l’angle de la réinformation. Contrairement à une vision tronquée et manichéenne de l’information délivrée par le mainstream médiatique français, nous nous efforcerons de vous faire percevoir que la vérité n’est jamais toute entière du même côté…

Au sommaire de cette édition du 18 mars 2013 :
  • François Hollande à Dijon : rencontre avec le pays réel
  • Le gouvernement cherche 5 milliards d'euros : pourquoi pas dans la poche de ses élus ?
  • Dans le cadre de notre magazine "Paroles d'élus", nous avons rencontré le sénateur UMP de seine maritime, Patrice Gélard
  • Pas assez de mort en Syrie : Laurent Fabius et François Hollande veulent armer l'ASL
  • Le Centre de Russie pour la Science et la Culture organise les rencontres saint-petersbourgeoises à Paris
 
En bref et en détail :
  • Pendant qu'Israël cherche des soutiens à Bruxelles, la Palestine est reçue en amie à Moscou
  • Quand la force publique ne suffit plus, les citoyens sont obligés de prendre leur sécurité en main
  • Ankhar Kochneva est libre, enfin !

 

 

Lire sur www.prorussia.tv/

 

 

  Bravo à M. Gélard pour son intervention juste concernant la grande Russie!!!

 

 

 

Chiron

 
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 12:35

 

 

 

 

 

 

Bienvenue pour cette nouvelle édition du journal télévisé de La Voix de la Russie. Ce rendez-vous hebdomadaire en français vous présente les actualités russes, françaises et internationales sous l’angle de la réinformation. Contrairement à une vision tronquée et manichéenne de l’information délivrée par le mainstream médiatique français, nous nous efforcerons de vous faire percevoir que la vérité n’est jamais toute entière du même côté…

Au sommaire de cette édition du 18 mars 2013 :

  • François Hollande à Dijon : rencontre avec le pays réel
  • Le gouvernement cherche 5 milliards d'euros : pourquoi pas dans la poche de ses élus ?
  • Dans le cadre de notre magazine "Paroles d'élus", nous avons rencontré le sénateur UMP de seine maritime, Patrice Gélard
  • Pas assez de mort en Syrie : Laurent Fabius et François Hollande veulent armer l'ASL
  • Le Centre de Russie pour la Science et la Culture organise les rencontres saint-petersbourgeoises à Paris
 
En bref et en détail :
  • Pendant qu'Israël cherche des soutiens à Bruxelles, la Palestine est reçue en amie à Moscou
  • Quand la force publique ne suffit plus, les citoyens sont obligés de prendre leur sécurité en main
  • Ankhar Kochneva est libre, enfin !

 

Lire sur la journal de réinformation sur www.prorussia.tv/

 

 

 

 

 

 

Chiron

18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 12:31

 

 

 

 

 

Bonjour !

 

 

 

 

Russie/Chine : Xi Jinping à Moscou
 
18.03.2013, 13:12, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

Си Цзиньпин

 
Photo : EPA

Le nouveau secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, Xi Jinping se rendra en Russie en visite officielle du 22 au 24 mars à l’invitation du président russe Vladimir Poutine.

Les deux dirigeants évoqueront les questions de la coopération bilatérale dans différentes domaines, ainsi que les problèmes et défis internationaux.

Les parties signeront également certains documents visant à développer le partenariat entre la Russie et la Chine.

Le secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, Xi Jinping, a été élu le 14 mars au poste de président de la République populaire de Chine au cours de la première session de la 12e Assemblée populaire nationale (parlement chinois). /L

 

 

Lire sur La Voix de la Russie

 

 

Et voir le journal de réinformation chaque lundi sur www.prorussia.tv/

 

 

 

 

 

 

 

Chiron

17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 11:19

 

 

 

 

 

Bonjour !

 

 

 

 

Сroiseur "Variag" (archives)
11:45 17/03/2013
MOSCOU, 17 mars - RIA Novosti

 

Lire sur RIA Novosti :

 

 

Ceci est une exelente chose pour l'équilibre de la région :) c'est rassurant de voir nos chers amis Russes :)

 

 

Et chaque lundi le journal de réinformation sur www.prorussia.tv/

 

 

 

 

 

Chiron

 

 

15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 13:56

 

 

 

 

 

Le courage, une force d'âme

Une réflexion sur le courage comme force de l'âme du Père Philippe Bordeyne, doyen du Theologicum, faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l'Institut Catholique de Paris.

 

"De mes trois enfants, celle-ci est la plus courageuse !" Que veut dire ce père de famille ? Que depuis sa naissance, cette fille a toujours montré plus d'endurance que les autres à la faim, au mal, aux contrariétés du quotidien ? Ou bien que c'est elle qui le surprend le plus par sa transformation, tant la petite fille peureuse est devenue une jeune femme qui fait face aux événements, qui tient bon et qui conduit sa vie ?

 

Des visages et des histoires 

 

Cette incertitude sur le sens exact du propos paternel renvoie à ce que désignent les moralistes quand ils parlent de courage : pas seulement un trait de caractère, mais une disposition acquise dans une histoire très personnelle. À travers de multiples interactions entre individus et groupes, entre événements et choix, entre défaites et victoires, on constate que s'est formée une personnalité courageuse. En ce sens, le courage est une force d'âme. C'est pourquoi les moralistes emploient indistinctement l'un ou l'autre mot : le courage ou la force.

 

Assez spontanément, ces deux notions évoquent le souvenir de personnes courageuses. De fait, nous connaissons le courage à travers des visages concrets, des histoires faites de chair et de sang. Ces personnes nous donnent envie d'être courageux à notre tour. Bien plus, elles deviennent des points d'appui pour se lancer dans la vie. Je pense à ce jeune homme plein d'énergie, dont l'enfance a été bercée du récit de son grand-père, évadé d'un camp de concentration avec deux compagnons d'infortune. À trois, ils se relayaient pour en porter un qui pouvait ainsi dormir, accroché aux deux autres. Par leur courage, leur persévérance et leur solidarité, ils ont eu la vie sauve.

 

Le passeport de la vie morale

 

On remarque ainsi que le courage n'agit pas seul. Il faut un mélange de qualités bien enracinées pour forger la force d'âme. C'est ce qu'indique l'origine latine du mot : cor, le cœur, d'où jaillissent les élans qui permettent d'être courageux. Le coeur renvoie aussi à l'essentiel : la force est la toute première vertu. Rappelons que le mot "vertu" est dérivé du latin vis, la force. Le courage est la porte d'entrée dans les vertus. Il vient en tête des quatre vertus cardinales, avant la tempérance, la justice et la prudence. Du latin cardo, le gond, les vertus cardinales sont regardées, depuis l'Antiquité, comme nécessaires et suffisantes pour mener une vie vertueuse. Elles sont le passeport de la vie morale, elle-même marquée par le sceau du courage.

 

Mais au fait, qu'est-ce qu'une vertu, puisque force et vertu se ressemblent tant ? Une vertu est une disposition, une sorte d'aisance que l'on acquiert en s'exerçant à bien agir et qui, à la longue, permet de pratiquer le bien plus facilement. Ainsi, la vie morale n'est pas si différente du sport, où la force et l'adresse sont le fruit d'un entraînement régulier. L'être humain se révèle capable, par ses actions, de générer une spirale positive. C'est ce qu'on apprend justement quand on essaie de devenir courageux. À force de résister à la peur, on se rend compte que celle-ci a moins d'emprise. Non pas qu'elle disparaisse totalement, surtout si l'on est de tempérament craintif ou anxieux. Mais une personne courageuse finit par apprivoiser la peur, par l'empêcher du moins d'être paralysante.

 

On retrouve ici la notion de force d'âme. Le courage est donc bien le porche de la vie morale : il nous apprend que c'est en pratiquant la tempérance que l'on devient tempérant, en pratiquant la justice que l'on devient juste, en pratiquant la charité que l'on devient charitable.

 

Ni couardise, ni témérité

 

Toutefois, de même que le corps d'un sportif s'épuise s'il pratique inconsidérément sa discipline ou s'il absorbe des produits dopants, de même la pratique de la vertu n'est pas sans limites. D'un côté, la vertu aspire à l'excellence, qui en est le moteur et la visée interne. Mais d'un autre côté, la vertu doit rechercher l'équilibre et se garder des excès.

 

Là encore, le courage est particulièrement instructif. Pour les philosophes grecs de l'Antiquité, le courage est un juste milieu à trouver entre la couardise et la témérité. L'homme courageux s'emploie à domestiquer la peur, on vient de le voir. Mais l'homme courageux n'est pas non plus une tête brûlée qui se laisserait griser par des conduites à risque. On sait par expérience que l'on perd à vouloir trop gagner, en présumant de ses forces.

 

L'art de conduire sa vie avec courage doit se combiner avec un sens aigu de l'humilité. L'homme courageux a les pieds sur terre et même dans la terre, cet humus qui reste son milieu de vie indépassable. L'homme courageux se souvient qu'à l'image d'Adam, il est fait de glaise et de souffle. Né fragile, fragile il restera, si bien que le courage consiste à se tenir avec une confiance suffisante dans la fragilité. Le courage s'appuie sur un courage d'être qui ne supprime pas l'angoisse existentielle, mais la transforme en un courage de vivre et d'agir, avec et pour les autres, dans une vive conscience de notre commune fragilité.

 

Le courage a donc besoin d'être finalisé par la compassion. Si l'on apprend à domestiquer sa peur, ce n'est pas pour écraser les autres, mais pour s'exercer à ne pas fuir devant l'inquiétude qu'inspire la différence, surtout celle du souffrant.

 

Le courage a besoin des autres vertus

 

C'est pourquoi le courage a besoin des autres vertus cardinales. Il a besoin de la tempérance, vertu qui gère le plus harmonieusement possible les pulsions et les émotions, afin qu'elles ne nous entraînent pas dans des voies sans issue. La tempérance régule les passions et les réordonne vers des désirs plus profonds. Par exemple, le pompier courageux doit apprendre à contrôler sa volonté de séduire ou de dominer les autres, sans quoi il briserait le travail d'équipe et dégoûterait les jeunes recrues.

 

De même, le sens du courage ne doit pas conduire à mépriser ceux qui en sont dépourvus. Il est parfois plus difficile aux fortes personnalités, qui ont traversé avec succès les épreuves de la vie, d'admettre que d'autres personnes se laissent gagner par l'oisiveté, l'alcool ou d'autres addictions. Pourtant, le sens de la justice reconnaît que nous ne sommes pas égaux dans la capacité de résistance aux aléas de la vie. Les institutions qui soutiennent les plus démunis visent l'équité, qui consiste à rendre à chacun ce qui lui est dû, en tenant compte de telles disparités. Quant à la prudence, elle est l'art de combiner le courage, la tempérance et la justice, dans le concret.

 

Prenons un exemple dans l'éducation. Les parents ont le souci d'éveiller leurs enfants au courage, pour qu'ils soient plus à l'aise dans l'existence et sachent venir en aide aux autres. Certains parents peuvent choisir le scoutisme, qui enseigne à la fois le courage, la maîtrise de soi et le sens de la justice. La formule conviendra à beaucoup : leurs enfants s'endurciront au froid en couchant sous la tente, domineront leurs craintes du groupe et de la pleine nature, ils apprendront le partage et la solidarité. Il se peut aussi que le scoutisme ne convienne pas à tel ou tel enfant, pour des raisons de santé, de tempérament, ou simplement de goût. Il faudra alors de la compréhension et du doigté pour trouver d'autres moyens d'initier ces enfants-là au courage, en les aidant à vaincre des peurs qui sont à leur portée, sans excéder leur force de résistance.

 

A chacun sa façon d'être courageux

 

Ce bref parcours avec la vertu de force montre l'intérêt des vertus pour porter un regard neuf sur la morale. Celle-ci n'est pas seulement une affaire de règles et de normes. Elle est aussi une affaire de croissance, sachant que les échecs peuvent être surmontés. Les vertus renvoient à un exercice total, qui engage le corps, le coeur, l'esprit et l'intelligence, mais aussi le sens de l'observation. On devient courageux en regardant comment font les gens courageux. Enfin, les vertus apprennent le sens de l'humilité et de l'identité singulière : il n'y a pas qu'une seule manière d'être fort. À chacun donc d'inventer le chemin de courage qui lui correspond le plus et le tire en avant !

 

P. Philippe Bordeyne, doyen du Theologicum, faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l'Institut Catholique de Paris ; janvier 2011
Croire.com

 

Lire sur www.croire.com mots de la foi Courage le courage une force d'âme

 

Ma reflexion sur le courage : 

 

Je voudrais vous parler du courage...

 

Qui n'est pas celui qui réduit en esclavage "huit heures chaque jour ne prouve pas le courage"

Tout comme n'est pas fainéant celui qui se retrouve dans une situation qu'il n'a pas souhaité, car il ou elle a dit la vérité et fait face...

Ce courage est le vrai courage...

Mes gens c'est de ce courage là que nous allons avoir besoin car l'heure n'est plus à dire mais à faire...

 

 

 

 

 

Chiron

 

 

 

 

 

 

15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 11:43

 

 

 

 

 

Xi Jinping est le nouveau leader chinois
14.03.2013, 18:23, heure de Moscou
Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

Xi Jinping est le nouveau leader chinois

 
© Photo : RIA Novosti

Xi Jinping est élu président de la République Populaire de Chine à la session de l’Assemblée nationale des représentants populaires à Pékin. C’est une des trois fonctions principales en Chine. Les deux autres – celle du secrétaire général du Parti communiste et du Commandant militaire en chef, le camarade Xi les a occupées en novembre dernier. Autrement dit, il détient en ce moment tout le pouvoir dans le pays.

L’élection de Xi Jinping au poste du président a couronné le processus de la transmission du pouvoir à la cinquième génération des leaders chinois. Le système politique du pays permet de connaitre les noms des futurs leaders bien avant leur entrée officielle en fonction.

Une autre tradition politique chinoise, c’est la succession du cours des chefs du pays. On croit que le nouveau leader aura son propre cours après cinq années au pouvoir. Mais le camarade Xi est une exception. On a appris les principaux traits de son style politique avant son élection dès qu’il est devenu secrétaire général du PC chinois, dit l’adjoint du rédacteur en chef de la revue Le pouvoirAlexandre Gabouev.

« Il a fait un discours de programme à la cérémonie de présentation du nouveau Comité permanent du bureau politique du PCC. D’habitude, on prend les photos en silence, les membres du bureau politique entrent en scène, sourient aux journalistes et partent. Xi Jinping a fait un discours où il n’a pas du tout parlé du ma rxisme, du socialisme, ni d’autres termes qui ennuyent les Chinois. Il a parlé des problèmes réels – du chômage, de la baisse économique, de l’absence du système cohérent des retraites, de la corruption etc. Il a promis que son gouvernement s’en occuperait au cours de dix années à venir. A la différence de son prédécesseur, Xi Jinping a pu vite concentrer entre ses mains tout le pouvoir – politique, militaire, du parti ».

 

 

Lire sur La Voix de la Russie

 

Et chaque lundi le journal de réinformation sur www.prorussia.tv/

 

 

 

 

 

Chiron