Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les 4 accord tolteques

26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 10:41


Bonjour!

Article sur le blog de notre chère amie journaliste Éva


Lettre ouverte aux Elus - Non à la compétitivité - Mafia pharmaceutique

Dont un extrait :

      


                                   Osons le dire:
           Les Elus ne représentent plus les peuples !!!
         Les peuples  ne veulent pas de la compétitivité !
 
                          Le divorce est consommé
                       entre les Elus et les peuples ! 


                                                  
                 
                Lettre ouverte aux Elus
           par Eva R-sistons à l'intolérable



                                    Messieurs les Elus, Mesdames les Elues,

Nous sommes de plus en plus révulsés par le fossé qui se creuse entre les citoyens et leurs gouvernements.  Vous nous répondrez:  Mais vous avez choisi vos élus ! Pas du tout, on nous a "imposé" un choix. Croyez-vous que les Français, par exemple, soient libéraux ? Pas du tout ! Jamais plus de 5% des citoyens n'ont voulu de Madelin, le chantre du libéralisme; Et pourtant, un autre libéral, Sarkozy, a fait 53 % à la dernière Présidentielle ! Les Médias sont passés par là, en nous montrant pour qui voter. Une propagande parfaitement stalinienne au pays de Voltaire, c'est impensable !!! Les journalistes se sont relayés pour faire le lit de Sarkozy, Ségolène a été ridiculisée, même par de pseudo-socialistes comme Joffrin le Directeur de Libération (le journal de Rothschild, premier actionnaire !), dont on se demande s'ils sont à gauche, comme Besson, DSK ou Rocard, pour mieux la torpiller... Les citoyens se croient libres de voter pour le candidat de leur choix, en réalité ils votent pour ceux des Médias, comme Sarkozy ou Cohn-Bendit.

Les Français viscéralement anti-libéraux avec à la tête de la France un libéral bon teint, c'est un scandale ! Et quel citoyen digne de ce nom aurait pour idéal... la compétitivité, la compétition entre les individus, les entreprises, les Etats ? Une compétition qui mène tout droit à la mort de tout le secteur social, de tous les services publics, du Droit du Travail, de la concorde sociale, de la bonne entente entre les peuples, de la paix, et même, en définitive, à la destruction du travail lui-même !

Sur tous les tons, vous, Elus, vous nous chantez les bienfaits de la compétition, TOUT, absolument tout, doit être sacrifié à ce nouveau Dieu tyrannique, malsain, assassin ! A quoi sert-il de supprimer la taxe professionnelle pour favoriser la compétitivité de la France, si au final les citoyens n'ont plus d'emplois et de protections sociales, tout en payant plus d'impôts locaux ? Et on veut nous faire avaler un tel objectif ? 

Ainsi, aujourd'hui, il nous faudrait entrer en compétition les uns contre les autres, rivaliser, tenter à n'importe quel prix de supplanter son voisin, son collègue, l'entreprise d'à côté, le pays limitrophe, et au final tous les Etats, quitte à triompher sur un champ de ruines ?

Messieurs les Elus, Mesdames les Elues, je vous le dis au nom des citoyens que nous sommes. Nous ne voulons pas de votre sacro-sainte compétition qui nous dresse les uns contre les autres ! Et quand les petites entreprises auront été absorbées par les plus grosses, les plus grosses par les multinationales, que restera-t-il, en définitive ? Soleil Vert, comme dans le film-fétiche, prophétique - c'est-à-dire une seule multinationale, des citoyens morts-vivants, condamnés à être dévorés, non plus au sens figuré du terme, mais au sens propre, ou plutôt sale, au point d'accepter l'euthanasie en échange d'une séance de cinéma présentée par d'engageantes hôtesses ? Condamnés, au final, à être broyés et à servir de repas aux riches qui prospèreront sur le dos des derniers vivants ??? A eux l'air pur, les ressources de tous les pays, en avant le grand festin planétaire diabolique !

Messieurs les Elus, Mesdames les Elues, nous ne voulons pas de ce monde-là, nous voulons un travail correctement payé, nous voulons une société humaine, fraternelle, nous voulons la paix, nous voulons la coopération entre tous, nous voulons la communion des civilisations, nous voulons la Justice ! Nous voulons vivre, oui, VIVRE ! Pas être sacrifiés à l'économie, à la finance, aux actionnaires, aux démons de Big Pharma ou de Big Brother ou de Big Apple ou de Big OTAN ! Nous refusons l'holocauste planétaire en préparation dans tous les domaines, économique, financier, social, sanitaire, militaire..  dont, par votre silence, vous vous rendez complice !

Nous vous avons élus pour nous représenter, et que faites-vous de notre voix ? Lorsque le Premier Ministre Aznar apportait son soutien aux guerres impériales, comme d'ailleurs Tony Blair ou d'autres, c'était contre la volonté de leurs peuples ! Vous n'avez pas le droit, pour un plat de lentilles ou de prébendes, de piétiner le mandat que nous vous avons confié ! Et par exemple, vous savez que nous, Français, nous tenons à notre modèle social, vous avez même convenu qu'il nous a protégé de la crise, et vous ne songez qu'à le démanteler ? Où est la cohérence ? Où est le respect du bulletin que nous avons porté sur votre nom ?


Vous ne représentez pas nos intérêts ! Pire encore, certains passent d'un parti à l'autre, au mépris de leurs engagements, de notre confiance ! Oui, M. Besson ou M. Kouchner, vous vous êtes proclamés socialistes, alors pourquoi apportez-vous votre soutien à ceux qui ne pensent qu'à détruire tout ce qui, de près ou de loin, ressemble à du social ? N'avez-vous pas honte de trahir vos convictions, vos engagements, notre confiance ???

Qu'est-ce qu'une démocratie où on nous dit pour qui voter, et si on ne vote pas dans le sens souhaité, où on doit revoter voire pire encore, comme à Gaza, être puni à mort ? Quand respecterez-vous non seulement vos engagements, mais les citoyens - et la démocratie tant prônée en paroles complaisamment relayées par les médias aux ordres ? 

Jusqu'à quand piétinerez-vous notre confiance, nos mandats, nos intérêts, nos besoins, nos volontés, notre souveraineté ? Nous en avons assez de vous confier un mandat pour que vous l'offriez aux ennemis des peuples ! Si ça continue, on ne votera plus, on refusera cette mascarade, et vous ne représenterez plus que vous-même ! Gare aux représailles ! Resaisissez-vous !  Ne voyez-vous pas que la colère gronde ?

Nous vous accusons, vous NOS élus, d'être les auteurs de nos malheurs ! Vous devez rendre compte de vos trahisons ! Arrêtez de piétiner nos intérêts ! Vous n'êtes pas élus pour vous, mais pour nous !

Si vous continuez ainsi, le divorce sera consommé entre vous, Elus, et nous, citoyens ! Et il n'est jamais bon de se moquer du peuple...

Eva R-sistons aux Elus qui trahissent leurs électeurs




 MAFIAS PHARMACEUTIQUES

MAFIAS PHARMACEUTIQUES


Très peu de médias en ont parlé. L’opinion publique n’a pas été alertée. Et pourtant, les inquiétantes conclusions du Rapport Final rendu public par la Commission européenne le 8 juillet dernier sur les atteintes aux principes de la concurrence dans le domaine pharmaceutique méritent d’être connues des citoyens et largement diffusées


Que dit le Rapport ? En résumé : que, en matière de commercialisation des médicaments, la concurrence fonctionne mal, et que les grands groupes pharmaceutiques internationaux ont recours à toutes sortes d’arguties et de tripatouillages pour empêcher autant que possible l’arrivée sur le marché européen de remèdes plus efficaces et surtout pour disqualifier les médicaments génériques beaucoup moins chers.


Conséquence : le retard du consommateur à accéder aux génériques se traduit par d’importantes pertes financières pour les patients eux-mêmes mais également pour les systèmes de Sécurité sociale à la charge des États (et donc, aussi, des contribuables). Les médicaments génériques sont identiques, en ce qui concerne leurs principes actifs, leur dosage, leur forme, leur sûreté et leur efficacité, aux médicaments originaux produits en exclusivité par les grands monopoles pharmaceutiques. La période d’exclusivité, qui démarre à partir du moment où le produit est mis en vente, est d’une dizaines d’années ; mais la protection du brevet de la molécule originale dure deux décennies. Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que d’autres fabricants (souvent de pays du Sud comme le Brésil, l’Inde, Cuba, l’Argentine ou la Malaisie) ont alors le droit de produire des génériques dont le prix est d’environ 40% moins élevé. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et la plupart des gouvernements recommandent l’usage de médicaments génériques parce que, en raison de leur coût inférieur, ils favorisent l’accès équitable aux soins de santé des populations exposées à des maladies évitables [2].


L’objectif des grandes firmes pharmaceutiques consiste donc à retarder, par tous les moyens possibles, la date de péremption du brevet. Elles multiplient dans ce but le brevetage de compléments superflus de la molécule originale (un polymorphe, une forme cristalline, etc.) qui entraînent artificiellement le prolongement de leur contrôle sur le médicament et interdisent l’arrivée sur le marché des génériques équivalents.


Le marché mondial des médicaments représente quelque 700 milliards d’euros [3]. Une douzaine de groupes géants, dont les sept principaux qu’on surnomme “Big Pharma” – Bayer, GlaxoSmithKline (GSK), Merck, Novartis, Pfizer, Roche, Sanofi-Aventis -, contrôlent la moitié de ce marché. Leurs bénéfices sont supérieurs à ceux réalisés par les puissantes firmes du complexe militaro-industriel.

Chaque euro investi dans la mise au point d’un médicament de marque, rapporte aux monopoles pharmaceutiques à peu près mille euros… [4] Et trois de ces groupes – GSK, Novartis, Sanofi – s’apprêtent à gagner des milliards d’euros supplémentaires au cours des prochains mois grâce aux ventes massives du vaccin contre le virus A(H1N1) de la nouvelle grippe. Ces masses gigantesques de liquidités procurent aux Big Pharma une puissance de feu financière absolument colossale. Qu’ils utilisent en particulier pour tenter de ruiner, au moyen de coûteux procès à répétition, les modestes fabricants de génériques. Les innombrables lobbies à leur solde harcèlent de surcroît, en permanence, l’Office européen des brevets (OEB), dont le siège est à Munich (Allemagne), dans le but de retarder le plus longtemps possible les autorisations d’entrée sur le marché des médicaments génériques. Ils lancent également des campagnes mensongères sur ces remèdes bioéquivalents pour tenter d’effrayer les patients. Résultat de toutes ces misérables manœuvres, selon le récent Rapport de la Commission

La suite ici : http://r-sistons.over-blog.com/

http://www.alterinfo.net/Lettre-ouverte-aux-Elus_a39703.html




Chiron

commentaires